Bon nombre de personnes entrent très tôt dans la vie active. Puisqu’ils n’ont pas eu la chance de suivre de longues études, ces travailleurs n’ont pas obtenu les diplômes propres à leurs métiers. À ce titre, ils sont rarement reconnus à leur juste valeur. La Validation des acquis par l’Expérience (VAE) vise à remédier à cette situation. Ce procédé donne les moyens d’acquérir les certifications qui correspondent à ses compétences.

Qu’est-ce que la VAE ?

La VAE a vu le jour il y a pratiquement une vingtaine d’années avec la loi de la modernisation du 17 janvier 2002. Ce texte a été adopté dans le but de favoriser l’ascension professionnelle de toutes les personnes actives. Ce dispositif permet effectivement aux salariés et aux travailleurs indépendants de faire reconnaitre leurs compétences. Après avoir suivi minutieusement la procédure, le principal concerné pourra obtenir un diplôme qui correspond à ses expériences et ses réalisations.

Ce dispositif a été principalement mis en place pour préserver la carrière des plus jeunes. Ceux qui se sont lancés très tôt sur le marché du travail ont rarement eu l’opportunité de suivre des études supérieures. Pourtant, ces travailleurs ont pu acquérir de nombreuses aptitudes au fil des années. Si ces personnes doivent finalement chercher un emploi, elles seront désavantagées par rapport aux candidats diplômés.

La VAE donne les moyens de remédier à cette situation. Ceci dit, il ne suffit pas d’accomplir les démarches juridiques pour se procurer une certification quelconque. Le professionnel doit encore passer des examens ou même soutenir une thèse. L’issue de cette procédure dépendra des appréciations des membres du jury. Avant de se lancer, il faudra tout de même se demander : « qui peut bénéficier de la VAE ? ». Ci-dessous, d’autres informations à connaître à ce sujet.

Les conditions à remplir pour accéder au VAE

La VAE est accessible à toute personne justifiant d’au moins 1 an d’expérience dans une profession quelconque. Cela concerne aussi bien les salariés et les travailleurs indépendants que les bénévoles. Par ailleurs, ce dispositif s’adresse également à tous les individus exerçant un métier sur le sol français. Il n’y a donc aucune distinction de nationalité. Les immigrés peuvent aussi se lancer dans cette procédure.

Bien que cette solution permette d’obtenir certains diplômes d’études supérieures, on note quelques exceptions. Le requérant ne sera pas en mesure de se procurer les certifications nécessaires à l’exercice d’un métier réglementé. Par ailleurs, il est impossible d’acquérir son baccalauréat de cette façon.

Pour valider son expérience pour soi et se lancer dans cette démarche, il faudra tout d’abord contacter l’organisme apte à valider ses aptitudes professionnelles. Tout dépendra de sa profession. Pour s’informer à ce sujet, il suffira de consulter n’importe quelle structure d’accompagnement comme Pôle emploi ou encore la chambre des métiers de sa région. Par la suite, on obtiendra davantage de précision auprès de l’établissement validateur. Celui-ci indiquera toutes les pièces à fournir ainsi que les étapes à suivre. Ceci dit, il a lieu de signaler que la VAE a un coût. Il est donc vivement conseillé de bien se renseigner au préalable. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas cher payé pour sécuriser son parcours professionnel.