La compétence verbale est un critère important qui compte extrêmement dans un entretien. Aujourd’hui, les recruteurs recherchent des candidats potentiels et intelligents,  qui ne fondent pas leur décision uniquement sur les compétences académiques ou pratiques.
Par conséquent, savoir répondre à toutes les questions, tout en vendant soi-même est plus facile à dire qu’à faire. Même s’il est important d’articuler correctement, il est impératif de comprendre que peu ou trop de choses peuvent faire une véritable différence entre refus et acceptation. Cela dit, la capacité de décoder le langage du non verbal est très vitale dans un processus d’entretien.

Le mouvement corporel

Dans de nombreux cas, plusieurs candidats échouent en raison de leur comportement ou de leur manière de se vêtir. Pour avoir toutes les chances de son côté dans un entretien, savoir interpréter le langage du non verbal peut être un véritable avantage. On peut, par exemple, contrôler le flux de communication en décodant le mouvement corporel de son interlocuteur pour démarrer ou arrêter de parler. Ces langages corporels incluent la posture, les gestes, les mains et les mouvements de la tête ou du corps entier. Tous ces mouvements constituent une partie essentielle de la communication, car ils renforcent ce que le recruteur est en train de dire, tout en offrant des informations sur son émotion et son attitude. Il est tout de même possible que le langage du corps soit en conflit avec ce que l’on dit. Par exemple, en répondant aux questions dans un entretien, un observateur habitué peut identifier facilement des anomalies dans le comportement du candidat et les utiliser pour parvenir à une conclusion.

Les mouvements oculaires

Dans un entretien, il est tout à fait possible de décoder le langage du non verbal tout en se concentrant sur les mouvements oculaires de son recruteur. La magie de la vue peut faire ou défiler vos chances de décrocher une perspective d’emploi lucratif. La dilatation de la pupille, la fréquence de clignotement, la fréquence et l’intensité de son regard peuvent interpréter plusieurs intentions cachées. Ces mouvements oculaires ont tendance à fournir des informations involontaires. Pour éviter l’embarras, il est préférable de se concentrer sur un point situé à proximité des yeux de l’intervieweur, par exemple son nez, tout en jetant un bref regard sur les autres interlocuteurs.