Le marché financier continue actuellement de captiver l’attention de monsieur tout le monde. Du fait de la crise des subprimes qui a secoué le monde entier il y a quelques années, la plupart des personnes restent attentives quant à la situation économique. De nombreux bacheliers envisagent entre autres de travailler dans la finance et de devenir traders. Beaucoup hésitent cependant à réaliser ce rêve puisque le cursus est réputé très difficile.

Les difficultés pour devenir trader

Le trader est un opérateur qui a pour mission de manipuler les risques au nom d’un particulier ou d’un quelconque établissement financier. Selon son poste, il touche un pourcentage du profit généré à chaque transaction. Il se spécialise dans la spéculation et doit avoir des compétences pour évaluer ses placements.

Dit comme cela, le travail semble facile, mais il faut savoir que pour positionner un capital sur un actif donné de nombreux calculs sont à réaliser. Le trader doit essayer d’analyser les tendances et d’estimer les risques. Entre autres, il faut qu’il identifie les meilleures opportunités d’investissement pour sa clientèle. Pour ce faire, il est nécessaire qu’il justifie de connaissances poussées en analyse des données.

Néanmoins, le métier s’est largement diversifié avec le trading en ligne. Une forte demande de courtiers en bourse se fait sentir depuis quelques années.

Suivre une formation pour devenir trader

Quelques établissements proposent actuellement une formation bourse pour acquérir les bases de la profession. Les personnes formées auront par la suite plus de chance de se faire embaucher par certaines banques respectées. Bien que la plupart des banques françaises restent très exigeantes quant aux diplômes des traders à recruter, il n’en est pas de même pour les établissements anglo-saxons. Effectivement, la plupart des dirigeants d’institutions financières anglaises ou américaines pensent que réussir dans ce métier tient plus de l’instinct que des connaissances théoriques.

Un cours sur la bourse Montréal pourrait donner les moyens à un français de débuter en tant que trader au Québec. La province canadienne abrite d’ailleurs une large communauté francophone. Aussi, ceux venant de l’Hexagone ne seront pas totalement dépaysés. Néanmoins, il faut veiller à bien choisir l’établissement qui offre la formation.